DETOX YOGA

On sait que le hatha yoga agit efficacement et de façon visible sur le corps notamment grâce au travail sur les muscles et le système squelettique.

Mais il agit aussi à l’intérieur du corps en permettant une détoxication du corps et du mental.

mamo #2 copia

Le yoga permet une détoxication du corps en améliorant le fonctionnement des organes internes et des systèmes vitaux du corps.

De nombreuses asanas impliquent une pression, un étirement, une torsion d’une partie du corps ou une inversion de celui-ci, ce qui a pour effet de masser, de décongestionner et d’améliorer la circulation sanguine dans certaines régions du corps et dans les organes internes.  On stimule leur  fonctionnement, on les décongestionne et on peut ainsi éloigner certaines toxines et pathologies. En stimulant les organes, les asanas permettent en effet d’agir sur différents systèmes vitaux du corps comme les systèmes digestif, endocrinien, lymphatique, cardiovasculaire, respiratoire, urinaire et génital. Mais autre avantage non négligeable à l’arrivée de l’hiver, grâce au yoga on stimule également le système immunitaire or celui-ci est lié aux systèmes lymphatique, endocrinien, digestif et respiratoire.

Le système lymphatique joue un rôle essentiel dans le système immunitaire. Il est en effet composé de la lymphe, de vaisseaux et d’organes lymphatiques (moelle osseuse, rate, thymus, amygdales, ganglions, plaques de Peyer) où sont présents les lymphocytes, qui sont des globules blancs jouant un rôle majeur dans le système immunitaire. Les lymphocytes sont produits et se prolifèrent au niveau de la moelle osseuse et du thymus, puis ils se concentrent et s’activent dans les autres organes lymphatiques.

Le système endocrinien est lui composé de diverses glandes endocrines : hypothalamus (le « cerveau endocrinien »), hypophyse, épiphyse (glande pinéale), thymus, thyroïde, parathyroïde, ovaires, testicules, surrénales et des glandes dans le pancréas et l’estomac. Son bon fonctionnement est évidemment primordiale car il permet la sécrétion d’hormones qui régularisent de nombreuses fonctions et activités dans le corps comme la croissance, le développement, la reproduction, le métabolisme, l’homéostasie et donc les réactions aux circonstances (peur, froid, faim, soif, effort, stress …).

Le système digestif joue un rôle important dans le système immunitaire car lorsqu’il ne fonctionne pas efficacement, hormis les problèmes de digestion lente, de mauvaise assimilation des substances nutritives, les toxines s’accumulent et s’infiltrent dans le corps plutôt que d’être éliminées.

Enfin, le système respiratoire joue évidemment un rôle déterminant dans le système immunitaire puisque sa stimulation permet une meilleure oxygénation du sang et élimination des toxines ainsi qu’une meilleure résistances des organes respiratoires face aux agressions extérieures.

Différentes asanas boostent le métabolisme et les systèmes vitaux.

Ardha Matsyendrasana- demi-pose du seigneur des poissonsAinsi, les poumons, le thymus, seront stimulés par des postures d’ouverture et d’étirement de la poitrine avec des flexions latérales (Utthita Parsvakonasana, trikonasana) et des flexions arrière (bhujangasana, Ustrasana, chakrasana, matsyasana…)

Les organes digestifs et les organes urino-génitaux et glandes endocriniennes associées à la région du ventre et bas du dos (ovaires, testicules, surrénales, pancréas) seront tonifiés par des postures qui font pression sur le ventre soit grâce au sol avec les flexions arrière (salabhasana, dhanurasana….), soit grâce au corps lui-même avec les flexions avant (kurmasana, parsvottanasana, upavhista konasana). Les torsions exercent également une pression très efficace sur les organes abdominaux et glandes surrénales (parivritta Parsvakonasana, Matsyendrasana, Parivrtta Utkatasana…). Les organes digestifs sont aussi stimulés par des postures sollicitant les abdominaux (chaturanga dandasana, navasana…) ou bien par des postures d’étirement comme les flexions arrière et latérales.

Les reins (organes vitaux) peuvent être stimulés soit par une compression dans les flexions arrière et les torsions, soit par un étirement dans les flexions avant. Or ils jouent un rôle essentiel dans l’élimination des toxines par les urines et par la régulation de l’eau et des minéraux. Ils ont aussi un rôle hormonal (production de la rénine, l’érythropoïétine …).

Sarvangasana- chandelleLes organes tels que le cœur, les poumons et le cerveau et les systèmes vitaux respectifs, c’est-à-dire cardiovasculaire, respiratoire et endocrinien (stimulation de l’hypophyse, l’hypothalamus et l’épiphyse les glandes endocrines du cerveau) seront stimulés par les postures inversées car elles améliorent la circulation du sang et donc l’afflux de celui-ci vers ces organes et glandes. Les postures inversées permettent aussi une meilleure circulation de la lymphe et donc une stimulation du système lymphatique. Enfin, elles décongestionnent les organes digestifs. Elles apportent aussi le calme et permettent donc un detox mental. (adho muka svanasana, Halasana, Savargasana, viparita karani, prasarita padottansana…).

Les postures au sol relaxantes permettent de détoxiquer le mental en apportant elles-aussi le calme. On peut aussi ajouter des effets de détoxication des organes digestifs s’il s’agit de torsions au sol.

Le pranayama et les bandhas jouent aussi un rôle important dans la détoxication du corps et du mental.

Le pranayama permet un renforcement du système respiratoire par la purification des organes, notamment des sinus, et par une stimulation des voies respiratoires entrainant une meilleure oxygénation du sang. Enfin, le pranayama a pour effet de calmer le mental par le contrôle et la concentration portés sur la respiration. (Bastrika, kapalabhati, respiration Ujjayi, Anuloma viloma…)

La pratique des bandhas peut aussi améliorer la détoxication du corps. Ainsi Mula bandha (contraction et remontée des muscles pelviens) stimule les organes génitaux et urinaires, uddiyana bandha (contraction de la sangle abdominale) stimule les organes digestifs et jalandhara bandha (contraction de la glotte) agit sur la région rachidienne (système parasympathique, tension artérielle) et hormonal (thymus, thyroide).

Pour augmenter les effets, différents exercices de pranayama sont combinés avec des bandhas. (Mula bandha ou Jalandhara bandha peuvent être combinés avec la respiration Ujjayi, et uddiyana bandha peut être pris lors d’une rétention à poumons vides).

Credit photos : Nicolas Tempier

Publicités